DSC07602banner

Prochainement avec le RWLP

Soutenez les enjeux portés par le RWLP

Newsletter !

17 octobre

 

drap-vertical

*

logo wallonie-7x9-300dpi-rvb        CEra - F Base 3 COLOR stroke3

logobij

  FWB

 PAC

 

 petitlogoRTA gris

province namur

 

 

FRB

 

EUROPE FSE

Lutte contre la stigmatisation

Des femmes, des hommes, des enfants, des familles s’usent d’user leur vie juste pour survivre ! Une société qui organise cela est une société assassine.

Un jeune SDF de 30 ans meurt parce qu’il est arrivé trop tard à l’abri de nuit, parce qu’il a trop consommé, parce qu’il était seul, … parce que, parce que, parce que…

La ville de Liège sanctionne les mendiants, parce qu’il y en a trop, parce qu’ils sont trop insistants, parce qu’ils ont consommé, parce que ça fait désordre, … parce que, parce que, parce…

La ville d’Anvers verbalise les personnes qui prennent des choses dans les poubelles, parce que ça ne se fait pas, … parce que, parce que, parce que, parce que…

Qu'est-ce qui relie une opération « Hiver 2012 » de la RTBF, un article du soir sur les « chômeurs fraudeurs » et une interview d'Alexander De Croo à Matin Première ?

Ces trois produits médiatiques sont des balises d'une lutte d'opinion qui jalonnent le périmètre d'une réalité sociale à deux vitesses.

 

  • En bas de la société, une individualisation des épreuves pour les plus démunis qui doivent faire la preuve qu'ils sont « méritants », mais une désindividualisation de la couverture sociale, même pour ceux qui ont été « méritants », par exemple quand on est chômeur en ménage – donc fraudeurs en puissance.

  • En haut, par contre, une désindividualisation de l'action couverte par l'anonymat des « marchés », mais une protection individuelle des profits.

 

Jean Blairon examine les logiques d'actions différentielles suivies par l'Etat dans l'exercice de ses responsabilités et dénonce les redoutables dominations culturelles qui s'ensuivent.

Lire la suite

Texte publié dans la Revue "POLITIQUE" sous la plume de Christine MAHY.

Les pauvres et nos systèmes : Chronique de rendez-vous manqués.

Lire le texte

Composition1

Introduction (Madame RAOULT Conseillère de l’Aide à la Jeunesse) :

Au nom du Conseil d’Arrondissement de l’Aide à la jeunesse de Huy, je vous salue tous. Merci de votre présence. J’espère qu’en fin de journée, vous serez satisfaits d’avoir passé ces quelques heures avec nous.

La journée d’aujourd’hui, s’inscrit dans le cadre des journées que nous organisons habituellement, tout le 1 an - 1,5 an. Certains d’entre vous en sont d’ailleurs des habitués. La dernière rencontre, se situant dans le même cadre a eu lieu au mois de mars 2010.

Aujourd’hui, la particularité de cette rencontre, c’est que la matinée est organisée par la commission du C.A.A.J. que nous appelons groupe « CROCHETS », je ne vous en rappellerai pas l’historique pour ne pas ennuyer ceux d’entre vous qui viennent régulièrement. Cette commission est chargée de lutter contre l’absentéisme et le décrochage scolaires dans le secondaire. Quant à l’après-midi, elle sera organisée par la commission « Aide Sociale – Aide à la Jeunesse » dont madame Maritza Ivanovic, ici présente, est Présidente et qui prendra donc le relais pour nous présenter le programme prévu après le repas.

Cette journée-ci fait aussi partie d’un processus entamé par le Conseil d’Arrondissement en créant ces différentes commissions, j’ai déjà évoqué la commission « Crochets » et la Commission « Aide Sociale », nous avons aussi une commission « Crochets bis » dont Madame Detaille est la Président et qui est plus particulièrement attachée à améliorer les relations Ecole – Parents –Services (ou intervenants sociaux) dans l’enseignement fondamental.

Confrontés à des conditions de vie difficules, dans une société qui leur confisque souvent la parole, certains jeunes choisissent une voie artistique, comme le théâtre, pour s'exprimer et s'épanouir socialement.

Texte de Pierre DOYEN dans la revue "POLITIQUE"

Lire le texte

Privation, pression sociale, sentiment de gêne ou de honte : la réalité et le vécu des (parents) pauvres sont très lourds.  Ils se débrouillent, s'accrochent, utilisent toutes les ficelles du "système", pour tenter au mieux d'être responsables de leurs enfants.

Texte de Christine MAHY dans la revue "POLITIQUE"

Lire le texte

Boycott service communautaire – 2017

 

servicecomm

 

Explication du Service communautaire

 

Textes légaux et analyses

 

Agir pour le boycott: outils

 

Actions réalisées

 

Positionnements de CPAS

 

Positionnements d’associations

Un fonds documentaire à votre disposition

Une collaboration Province de Namur-RWLP et divers partenaires.


En savoir plus

 

Consulter le catalogue