tract manif

Soutenez les enjeux portés par le RWLP

Newsletter !

17 octobre

 

drap-vertical

*

logo wallonie-7x9-300dpi-rvb        CEra - F Base 3 COLOR stroke3

logobij

  FWB

 PAC

 

 petitlogoRTA gris

province namur

 

 

FRB

 

EUROPE FSE

Médias

 

2.jpg15499

Nous étions près de 3500 lors de la Journée Mondiale de Lutte Contre la pauvreté à Namur! Et près de 2000 à la manifestation pour dire dénoncer la violence par l'appauvrissement et dire que la réduction des inégalités doit s'imposer! Merci à tous de votre implication et de votre détermination!

 

La journée dans la presse c'est ICI

 

 

"La vie privée des gens dans la pauvreté n'est plus la même vie privée que les autres personnes! ... Le monde politique et les institutions doivent entendre que les gens ont besoin qu'on leur fassent confiance!"
Rejoingnez nous à Namur le 17 octobre 2018 pour dénoncer la violence subie par les personnes appauvries!
-> 13H grande manifestation au départ de la Place de Wallonie à Jambes.

christine canal zoom

Retrouvez l'interview complet ICI

 

 

Deux dispositifs anti-SDF qui font réagir à Liège - 03/10/2018 18:48:00

Liège -

Deux dispositifs anti-SDF d’un genre plutôt voyant font réagir des Liégeois. Y compris chez le bourgmestre Willy Demeyer. Une œuvre d’art? Un dispositif honteux? Les deux à la fois?

Le débat s’étalait hier sur Facebook au sujet de plots en pierre bleue installés sur le devant de deux immeubles privés à Liège, boulevard Piercot et boulevard de la Sauvenière.

Ces éléments en pierre ont été installés à ces endroits dans le but d’empêcher des personnes de s’y installer. Sont clairement visées des personnes sans domicile fixe qui devaient trouver un abri à ces endroits. Face au tollé qu’ont suscité hier les images sur Facebook de ces dispositifs («Ce sera quoi la prochaine étape? Des lance-flammes!», s’indigne un internaute), le bourgmestre de Liège a réagi. Et dans son communiqué, Willy Demeyer manie l’art de ménager la chèvre et le chou. D’une part, il explique comprendre les arguments des personnes qui protestent contre ces dispositifs visant des «personnes vivant en rue, précarisées, parfois fortement désinsérées». D’un autre côté, le bourgmestre liégeois dit aussi comprendre «l’exaspération des citoyens (ne)s qui sont confrontés quotidiennement à des situations délicates sur l’espace public ou dans leurs espaces de vie».

Est-ce légal?

Ces dispositifs «anti-SDF» sont-ils légaux. S’agissant d’un espace privé, le propriétaire est libre d’y installer le “mobilier” qu’il souhaite. Le bourgmestre de Liège indique d’ailleurs avoir eu la confirmation du service Urbanisme «qu’aucun permis ne leur paraît nécessaire pour ce type d’aménagement». Toutefois, pour le dispositif du boulevard Piercot au design particulièrement agressif, des mesures seront prises. La police les jugeant potentiellement dangereux, «des barrières nadar seront disposées pour préserver la sécurité des passants». En la matière, les autorités communales liégeoises sont mal prises. En avril dernier, le collège avait été interpellé par le PTB et Écolo concernant les nouveaux abribus commandés par la Ville. Les bancs s’y trouvant étaient équipés de barres destinées à éviter que l’on ne s’y couche. Là aussi les SDF étaient clairement visés. Deux mois plus tard, les autorités communales avaient entamé une courbe rentrante en faisant voter au conseil une motion visant à exclure des marchés publics de la Ville tout élément qui irait à l’encontre des objectifs de son plan communal de lutte contre la pauvreté. Les dispositifs des bancs des nouveaux abribus n’ont toutefois pas été modifiés pour la cause.

Du côté du Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté (RWLP), on constate que ce type de dispositifs se fait de plus en plus courant. Sa secrétaire générale, Christine Mahy qui vient de recevoir les insignes de Docteur honoris causa de l’Université de… Liège, le déplore évidemment: «nous combattons ce genre de choses car ce n’est évidemment pas une solution contre la pauvreté, mais simplement un moyen de la cacher, de la repousser plus loin.»

 

Alain WOLWERTZ (L'Avenir)

lien vers l'article ICI

 

Article de l'Avenir Nivelles -> ici

Reportage de Télé MB (Dour) -> ici

Reportage de Télé Sambre (Charleroi) -> ici

Reportage de Canal Zoom (Gembloux) -> ici

 Reportage de Canal C (Namur) -> ici

Reportage de RCF (Namur) -> ici

 

 

Christine Mahy et Virginie Thimsonet étaient invitées à l'émission " A votre Avis" sur la RTBF hier soir. En débat, la gratuité scolaire, un sujet qui revient chaque année mais n'avance pas!

 

christine

 

Pour voir l'intervention de Virginie ICI

Pour voir l'intervention de Christine ICI

Pour revoir l'émission complète ICI

 

 

Christine Mahy était l'invitée de Bertrand HENNE dans Débats Première. Le sujet du jour: la défiscalisation des cours partciculiers pour les enseignants. ICI

lapremiere 1400x1400

 

"PTB, PS, Ecolo... Le message de la gauche est-il clair par rapport à la migration ?"

 

5b86eda4cd700399a0fbde08  "Il suffit de regarder les chiffres pour constater que nous ne sommes pas envahis par les migrants. Pourtant, on oppose toujours les travailleurs aux chômeurs, les chômeurs aux chômeurs-tricheurs, les pauvres - ou plutôt ‘nos’ pauvres - aux étrangers", lance Christine Mahy, secrétaire générale du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté. Cette opposition aurait dû, selon elle, être brisée par la gauche. "Mais on sent qu’il y a une peur, une prudence pour ne pas perdre de l’électorat par-ci et regagner de l’électorat par-là. Résultat : la gauche slalome sur une espèce d’entre-deux. Au Réseau wallon, on doit tout le temps travailler pour empêcher que les gens ne tombent dans ce piège. Beaucoup disent que c’est ‘à cause de l’étranger’. Celui qui vient prendre du travail, de l’argent, qui aura un logement en premier, etc. Il faut déconstruire cela pour leur faire comprendre d’où viennent les problèmes qu’ils vivent et d’où devraient venir les solutions…. Et pour enrayer ce qui est cultivé par certains de manière extrêmement active aujourd’hui. Je ne veux pas mettre tout le monde dans le même sac, des initiatives existent. Mais on ne peut pas dire qu’un parti ou qu’une grande personnalité politique ait mis la réduction des inégalités au cœur des politiques publiques. On reste sur des solutions palliatives, des opérations sparadrap. Et plus on investit dans le palliatif, moins on investit dans les droits structurels et fondamentaux. Et ça, c’est un cumul depuis des années. Ce n’est pas le fait d’une couleur politique, d’un seul parti ou d’une législature. C’est un choix de société"

 

db089ba6 42e9 11e8 a36b 0c73bbe13249 web scale 0.1372134 0.1372134

Une trentaine d’organisations en lutte contre la pauvreté se fendent mercredi d’une lettre ouverte à l’attention du Premier ministre Charles Michel, des vice-Premier ministres et des ministres-présidents des entités fédérées.

Lire l'article de l'Avenir.net

Lire l'Article paru dans De Wereld Morgen.be

Lire l'article dans Metrotime

 

 

 

Un fonds documentaire à votre disposition

Une collaboration Province de Namur-RWLP et divers partenaires.


En savoir plus

 

Consulter le catalogue