bandeau site
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

Prochainement avec le RWLP

Journée Mondiale de Lutte Contre la Pauvreté

17 octobre 2020 PARTOUT en Wallonie

 

Site lutte pauvreté wallonie.be

Soutenez les enjeux portés par le RWLP

Newsletter !

*

logo wallonie-7x9-300dpi-rvb        CEra - F Base 3 COLOR stroke3

logobij

  FWB

 PAC

 

 petitlogoRTA gris

province namur

 

 

FRB

 

EUROPE FSE

Action politique

Un premier pas vers plus et mieux! Même si, à ce stade, c'est une mesure provisoire prise dans le cadre post-Covid, c’est une avancée souhaitée et défendues par le RWLP et le RWADE et un sacré pied dans la porte!
energiertbfsite
"Sur proposition du Ministre de l’Energie, Philippe Henry, le Gouvernement de Wallonie a adopté, en dernière lecture, le projet d’arrêté établissant une catégorie de client protégé conjoncturel en électricité et en gaz dans le cadre de la crise COVID-19. Cette décision vise à apporter une aide financière aux ménages qui ont été le plus affectés par des pertes de revenus liés à la pandémie et qui éprouvent des difficultés à faire face à leur facture d’énergie. Afin de leur offrir une protection en cas de problème de payement, ce statut de client protégé sera octroyé sur demande, lors de la réception du courrier du fournisseur d’énergie notifiant la situation de défaut de payement."
Voir l'explication complète
 

Ce premier septembre, la loi améliorant l'accès à l'aide juridique de deuxième ligne entre en vigueur : dès aujourd’hui,

l’accès à un avocat pro-deo devient bien plus accessible pour les personnes ayant peu de revenus !

prodeosite

Jusqu'hier, pour pouvoir bénéficier d'un avocat pro deo complètement gratuit, une personne isolée devait prouver qu'elle gagnait moins de 1026 euros par mois (pour les ménages les seuils sont différents ; il y a aussi des seuils pour une aide partiellement gratuite). De très nombreuses personnes vivent sous le seuil de pauvreté mais pourtant, quand elles sont amenées à devoir aller en justice, elles doivent payer, parfois cher, pour un avocat.

Mais suite à des années de mobilisation du secteur associatif (Plateforme justice pour tous) et à un travail parlementaire à saluer, dorénavant, il sera de plus en plus accessible d’avoir accès à un avocat pro-deo :
- Dès aujourd'hui, une personne isolée aura accès à un avocat totalement gratuit si elle gagne moins de 1226 euros par mois (+200 euros)
- en septembre 2021, le seuil passe à 1326 (+100 euros)
- en septembre 2022 : 1426 euros (+100 euros)
- en septembre 2023 : 1526 euros (+100 euros)
- et au delà, ce seuil suivra l'indexation.

C'est une énorme avancée vers une justice accessible à tous... même si elle ne règle pas tous les problèmes et que de nombreuses barrières, financières comme non financières, continueront à faire en sorte que la justice reste un chemin de croix pour de nombreux.ses justiciables.

Attention, le calcul des seuils varie en fonction de la situation familiale, et il y a des seuils intermédiaires pour accéder à un avocat à prix réduit. Le cas échéant, on pourra vous renseigner dans une maison de justice ou un CPAS (attention aux heures de permanence) pour voir à quoi vous avez droit.

Le RWLP continuera d'agir pour s'attaquer aux autres barrières et faire de la Justice un réel moyen pour contrecarrer rapports de forces et imposition des inégalités. La Justice pour Tous, c’est un bel à venir pour affronter les injustices !

 

!!!! 3 mesures importantes si vous ne vous en sortez pas financièrement à cause de la crise sanitaire !!!!

ATTENTION LES DÉLAIS SONT TRÈS COURTS !!!!

  1.  ENERGIE
  2.  LOGEMENT
  3.  CPASurgence aides covid site

Voir les explications complètes

 

 

"A la demande du BAPN et des réseaux de lutte contre la pauvreté, le taskforce interfédéral "Groupes vulnérables" a été mis en place le 8 avril sous la direction du Ministre en charge de la lutte contre la pauvreté et du Ministre de l'intégration sociale. L'objectif de ce taskforce est de trouver des solutions pour les personnes en situation de pauvreté et les groupes vulnérables aux problèmes auxquels ces groupes sont confrontés durant la crise sanitaire Covid19."

La taskforce interfédéral a pour objetcif de:

 

  • Evaluer l'impact de la crise Covid19 sur les personnes vulnérables, les mesures relatives au corona et les mesures socio-économiques des différents niveaux politiques ;
  • Identifier les personnes qui ne relèvent pas du champ d'application des mesures socio-économiques et rendre leurs problèmes visibles ;
  • Proposer des mesures socio-économiques supplémentaires ;
  • Encourager la coordination avec les états fédérés pour assurer une meilleure articulation des mesures.

Avec l'aide des réseaux de lutte contre la pauvreté, BAPN a réalisé une 30ène de fiches sur les sujets abordés lors des réunions du groupe consultatif et ainsi pu faire passer rapidement les informations du terrain au niveau politique.

Aujourd'hui le souhait du RWLP est que certaines des mesures prises "temporairement" pour lutter contre la crise sociale liée à la crise sanitaire puissent devenir pérennes et faire du bien aux populations vulnérables sur le long terme.

 

Les ménages pauvres et en perte de revenus sont aussi l’économie ! A moitié en surface avant la crise, le covid les noie !

allocationcovidsite

Le RWLP demande au gouvernement fédéral de décider d’une aide financière mensuelle directement versée aux ménages, durant la crise Covid-19, avec effet rétroactif.

Ce virus fantôme avec ses conséquences graves s’abat sur un terreau d’inégalités préexistantes ! Il était inévitable que les mesures sanitaires dont le confinement, indispensables, s’appliquent inégalement suivant les situations de vie des ménages, et conduisent certains vers des difficultés très aiguës.

Pour les 37,9% de la population wallonne, plus encore à Bruxelles et moins, mais toujours beaucoup trop en Flandre, en incapacité de faire face à des dépenses imprévues avant la naissance de la crise, pour les ménages en perte de revenus du fait de la suspension ou la perte d’un travail rémunéré officiel ou « de compléments » de subsistance, pour les personnes subissant l’explosion de frais (alimentaires, téléphoniques, de santé, psychologiques, ou qui verront bientôt leurs factures de régularisation d’eau, de chauffage, d’électricité gravement grever leur budget) alors qu’elles disposaient déjà de trop peu de moyens pour vivre, la crise sociale n’est pas à craindre, elle est grave tout de suite ! Elle enfonce dans les détresses matérielles et morales[1].

Sur base d’un principe de confiance, le gouvernement fédéral soutient financièrement directement les entreprises et les indépendants pour éviter le crash économique. Les ménages pauvres et en perte de revenus sont aussi l’économie. Une allocation COVID19, un soutien financier mensuel directement versé aux ménages le temps de la crise et avec effet rétroactif, maintenant !

Pour participer à la campagne vous pouvez :

 


[1] https://www.plan.be/press/communique-1986-frcovid+19+et+bien+etre+quels+sont+les+groupes+vulnerables

http://www.rwlp.be/images/CommuniqudePresseGEES.pdf

http://www.rwlp.be/images/Sant-mentale-groupe-de-travail-GEES-note-RWLP.pdf

 

 MEDIAS ICI

 

Note envoyée par le RWLP au GEES (groupe d’experts en charge de l’Exit Strategy) pour une prise en compte des populations vulnérables sous l’angle de la santé mentale des individus et de la société suite à la crise sanitaire Covid-19.

RWLPlogosite

Les mesures sanitaires indispensables qui passent principalement par le confinement/déconfinement progressif s’appliquent sur une crise sociale préexistante qui génère un état d’appauvrissement et de risque de désaffiliation sociale accrus de personnes et de familles déjà très fragiles auparavant. Les mesures sanitaires s’imposent sur ce terrain déjà très complexe et, sans le souhaiter, amplifient ces réalités et risquent donc d’intensifier encore les inégalités d’accès à des droits et services, à des revenus et y compris dans le cadre des revenus de remplacement et d’autres mesures ayant pourtant une intention bienveillante. Or on le sait les pertes de droits, affaiblissements des droits vitaux et de base, le non-recours aux droits, sont de nature à affaiblir fortement les forces vitales des personnes et des familles.

Le contexte anxiogène de la crise, l’inconnu auquel la population doit accepter de faire face dans sa vie quotidienne, la maladie qui frappe certain.e.s, le risque et la réalité des décès, les séquelles de la maladie, le timing inconnu, la peur des conséquences immédiates et à moyen-terme dans la vie matérielle et familiale quotidienne, sont autant de difficultés qui frappent toute la population, mais qui fragilisent davantage encore les populations les plus vulnérables.

Les impacts sur le bien-être/mal-être, sur un état de « dépression sourde, larvée » déjà très présente dans notre société, sur la mise à l’épreuve forte de la résistance nerveuse, sur les manières de compenser/décompenser, sur la santé mentale au sens large sont évidents. Si ces impacts peuvent toucher toutes les classes sociales, les populations les plus fragiles en font et en feront d’autant plus les frais.
Le RWLP, mais également les autres réseaux régionaux de lutte contre la pauvreté du pays avec qui nous travaillons au sein de BAPN, et des associations de base, ont l’occasion de constater cela sur le terrain tous les jours depuis le début de la crise par des contacts quotidiens avec ces populations vulnérables. Le numéro « vert » d’urgence sociale de la RW (le 1718), avec lequel le RWLP collabore depuis le début, le révèle également quotidiennement depuis le début de cette crise. Nous pouvons supposer qu’il en est de même avec le numéro vert sur Bruxelles.

Ces populations vulnérables ne peuvent être laissées à elles-mêmes face à ces impacts qui atteignent le bien-être, la santé mentale, le goût de vivre. La puissance publique, à travers les acteurs qui la composent, a la responsabilité de prendre cela en compte et d’agir à ce niveau, tant en termes curatifs que préventifs, et à travers la vie communautaire et sociale.

Note complète ICI

 

 rwadesite

La situation inédite à laquelle nous sommes confrontés.ées a poussé la Wallonie à adopter des mesures exceptionnelles en vue de permettre à tous les ménages de bénéficier d’énergie au sein de leur logement, leur évitant ainsi d’être coupés, ou de devoir sortir pour aller recharger leur compteur à budget. Nous saluons vivement ces protections indispensables.

Un grand nombre de personnes subissent une perte de revenus sèche. Beaucoup d’autres, qui vivaient déjà avec peu de ressources, voient notamment leurs factures de gaz et d'électricité augmenter, puisqu’elles sont chez elles en permanence. Le paiement de ces factures va constituer un élément important dans les mois qui viennent. La question de la gestion de la dette ne doit jamais occulter l’enjeu fondamental du maintien de l’accès à l’énergie de ces ménages. Nous constatons que, jusqu’ici en Wallonie, cela a pourtant été le cas, depuis la généralisation du système des compteurs à budget.
Dans le contexte actuel de crise, il est urgent de mettre en place des mesures de soutien financier. Celles-ci pourraient prendre la forme d’une aide spécifique : un chèque, comme en Flandre. Au Nord du pays, ce chèque a l’avantage d’être accordé automatiquement aux ménages, mais il a la faiblesse de ne concerner que les personnes au chômage temporaire. Élargie à d’autres catégories de bénéficiaires comme les chômeurs, les allocataires sociaux et les indépendants ayant dû suspendre leurs activités, cette mesure représenterait une aide directe préventive intéressant.

Lire le reste du communiqué ICI

 

RWLPlogosite

Note de travail en lien avec les mesures prises, ou à prendre selon le RWLP, pour soutenir les travailleur.euse.s et les populations les plus vulnérables, et donc soutenir également “la relance économique” à partir du Gouvernement Fédéral principalement, mais aussi du Gouvernement Wallon, ainsi que des autres entitées fédérées du pays.

"Les mesures sanitaires indispensables qui passent principalement par le confinement s’appliquent sur une crise sociale préexistante qui génère un état d’appauvrissement et de pauvreté de familles. Les mesures sanitaires s’imposent sur ce terrain déjà très complexe et, sans le souhaiter, amplifient ces réalités et risquent donc d’intensifier encore les inégalités d’accès à des droits et services, à des revenus et y compris dans le cadre des revenus de remplacement et d’autres mesures ayant pourtant une intention bienveillante. Les mesures de confinement n’ont pas le même impact sur les ménages selon leurs conditions initiales d’existence, et selon que la maladie sera là ou pas (le Covid-19, mais aussi les maladies physiques et mentales amplifiées par la situation ou le report de soins accru). Toutes les familles ne sont pas dans les mêmes conditions de vie pour faire le gros dos pendant cette crise selon qu’elles disposent ou disposaient de davantage de ressources financières et d’un statut clair ou pas. Dans une vie budgétaire mensuelle en flux tendu, toute perte de revenu même minime, ou totale, et toute augmentation de charges fixes creusent inexorablement un trou et conduira rapidement à de l’endettement et des problèmes.

La vie est donc aujourd’hui, dans le cadre de cette crise, plus chère une fois encore pour les ménages les plus pauvres, dont les types de contrats d’emploi sont fragiles, dont les statuts sont les moins clairs, ou qui ne disposent d’aucun statut.

Cette épidémie et l’urgence de sa prise en charge par des mesures sérieuses révèlent, comme sous un effet de loupe grossissante, les inégalités préexistantes, et annoncent une aggravation de celles-ci malgré une veille attentive à tous les actes posés pendant la crise sanitaire et après celle-ci. Tout doit donc être mis en œuvre pour réduire et éviter ces drames matériels et immatériels aux conséquences sociales probables lourdes."

 

Lire la totalité de la note ICI

 

Retours presse:

L'Avenir

RTBF

De Standaard

Télésambre

Moustique

 

bapn

Bruxelles, le 9 avril 2020 - BAPN (réseau belge de lutte contre la pauvreté) salue la mise en place d'une task force fédérale pour répondre aux besoins sociaux pendant la crise de Corona. Nous demandons que la voix des personnes en situation de pauvreté soit entendue et que les mesures sociales nécessaires soient rapidement mises en œuvre.

 La task force fédérale sera composée des ministres de lutte contre la pauvreté, de l'intégration sociale et des affaires sociales et des ministres régionaux de lutte contre la pauvreté. En outre, un groupe d'impact social sera mis en place avec des membres de l'administration et un autre groupe avec des représentants de la société civile et des institutions telles que le Centre de lutte contre la Pauvreté et Myria.

Nous sommes heureux que le groupe de travail fédéral soit mis en place, mais nous regrettons que ni la société civile ni les institutions ne puissent rentrer en contact directement avec l'administration et les ministres. « La crise fait rage depuis plusieurs semaines, et les besoins sociaux sont importants. Les personnes vivant dans la pauvreté ont maintenant du mal à s'en sortir. Il est important de tenir compte de leurs expériences lors de l'élaboration des politiques » , déclare Caroline Van der Hoeven du BAPN.

Les différents gouvernements, coordonnés par le gouvernement Wilmès, ont réalisé un travail important dans une situation d'urgence, à la fois pour ralentir au maximum la propagation du coronavirus et pour amortir le risque de chocs économiques et sociaux. Ces mesures étaient principalement destinées aux personnes qui deviennent temporairement sans travail à la suite des mesures. Le Réseau belge de lutte contre la pauvreté, qui représente au niveau fédéral les quatre réseaux régionaux de lutte contre la pauvreté demande maintenant qu'une série de mesures soient prises rapidement afin de minimiser les risques sociaux et les conséquences potentiellement graves de la crise pour les personnes en situation de pauvreté. Dans ce contexte, le BAPN a déjà soumis une première liste de recommandations au niveau fédéral.

Vous souhaitez plus d'informations ?

Caroline Van der Hoeven, coordinatrice du BAPN

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - 0474/55.96.11

 

action santésite

Le 7 avril 2020, journée mondiale de la santé, propageons la solidarité européenne pour une politique de santé publique universelle !

La responsabilité des pays européens et de l’Union européenne (UE) au travers des politiques d’austérité s’illustre dans la défaillance actuelle des systèmes de soins et des services publics malgré le courage et l’abnégation dont font preuve les personnes qui y exercent.

Exigeons que les leçons de cette crise soient tirées dès maintenant. La santé n’est pas un coût mais un investissement, la santé n’est pas une marchandise.

  • L’UE peut encore dépasser cette crise en changeant radicalement de cap.
  • L’UE ne peut plus dépendre de directives de la Commission Européenne et du conseil des ministres ou encore de celles de la Banque Centrale et du Fond Monétaire International qui l’ont réduite à n’être qu’une entité de contrôle économique, imposant une austérité qui ne sert que la finance et les industries internationales.
  • L’UE doit devenir une entité politique chargée d’organiser la solidarité sociale à partir de services publics forts, capables d’aider la population à faire face aux aléas de la vie et d’en garantir l’accès à toutes les populations. Le Parlement européen, représentant des peuples, doit y avoir un pôle prépondérant.

C’est à ce prix qu’une Europe politique et sociale peut avoir un avenir. Nous en appelons à la solidarité entre les peuples, pour l’ouverture des frontières, à la prise de conscience de notre communauté de destin.

Pour l’Europe nous exigeons un service public de santé solidaire et universel, accessible à toutes et tous, partout.

Comment participer?

Nous vous appelons à manifester votre soutien en "propageant la solidarité, pas le virus" avec une action “drap blanc” le 7 avril :
1. Accrochez vos messages sur un drap blanc dans un endroit visible ou faites une pancarte à la maison
2. Prenez-vous en photo/vidéo avec vos messages
3. Partagez-les
- sur les réseaux sociaux avec le hashtag #health4all et/ou #santépourtous et adressez-le à vos responsables politiques
- sur la carte interactive ici bit.ly/Agir4Health

Lire communiqué complet et voir les signataires ICI

Voir les photos réalisées par les témoins du vécu militant.e.s du RWLP ICI

 

Chercher

Un fonds documentaire à votre disposition

Une collaboration Province de Namur-RWLP et divers partenaires.


En savoir plus

 

Consulter le catalogue