bandeausoite prevention
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

 

Accueil

Le monde économique doit aussi, se réinventer après la crise sanitaire!
bce
 
Le RWLP est signataire de la tribune "Réviser le mandat de la BCE pour un monde post-covid juste et durable" "un collectif de signataires appellent à réviser le mandat de la BCE (banque centrale européenne) pour que la stabilité financière, le plein-emploi et la neutralité carbone deviennent des objectifs aussi importants que la stabilité des prix!"
En parallèle, Christine Mahy a participé à une table ronde sur le thème « Selon vous, que signifie la stabilité des prix ? » avec la Banque Nationale de Belgique (BNB) ce matin. L’occasion de donner notre avis sur la politique monétaire et les thématiques économiques les infos -> https://www.nbb.be/fr/evenements/evenement-la-bnb-votre-ecoute (Attention il faut vous inscrire)
 Carte Blanche en NDLS KNACK
 
20 décembre 2020, 20ème "anniversaire" de la condamnation de la Belgique au niveau international pour le caractère discriminatoire de ce statut notamment envers les femmes !
Impossible de se manifester ce 20 décembre ? ça nous décourage ? que nenni…
130546114 425741065467484 7511639647921214926 n
-> A venir: 20 février 2021 Journée Mondiale de la Justice Sociale – haro sur le statut cohabitant
Croyez-vous qu’on va lâcher ? Lâcher le combat pour éliminer le statut cohabitant ? JAMAIS !
Si le prix de l’amour est à défendre bec et ongle, le prix de la solidarité familiale, amicale, intergénérationnelle également ! Et si en plus ça booste l’accès au logement… que veut-on de plus ? Et ça passe par la liquidation de ce statut cohabitant.
Rendez-vous le 20 févier 2021, Journée mondiale de la justice sociale !
Car quel énorme pas vers la justice sociale que l’élimination de cet infâme et appauvrissant statut cohabitant dont la Belgique devrait rougir de honte !
 

Ce 18 décembre est la Journée Internationale des Migrant.e.s, le RWLP apporte son soutien aux personnes migrantes ainsi qu’aux associations proches et partenaires qui défendent sans relâches l’accès aux droits pour toutes et tous!!

boué1

Parce que quitter son pays, quel qu’en soient les raisons, reste un défi. Celui d’être accueilli.e, d’être entendu.e, d’être reconnu.e. Le parcours est souvent semé d’embuches mais la volonté de vivre et de participer à la vie collective en apportant ses compétences sont des envies légitimes. Pour que ces droits soient LA réalité pour toutes et tous sans distinctions de ses origines.

PAS DE CONCURRENCES DES PAUVRETÉs MAIS SOLIDAIRE ENSEMBLE !

Retour en vidéo sur la situation des personnes qui n'ont pas de papier en Belgique:

La sécu solidaire - La voix des sans-papier de Liège

La Demande de Farouk Marouf - Le permis Unique

 

Le 2 décembre dernier,  les Témoins du vécu militant.e.s (TVM) ont rencontrés la Ministre Lalieux, ministre des Pensions et de l’Intégration sociale, chargée des Personnes handicapées, de la Lutte contre la pauvreté et de Beliris.
L'occasion de rappeler à la ministre les attentes des personnes dans le trop peu de tout et de lui demander de mettre tout le gouvernement fédéral au travail!
lallieux2
Les interventions des TVM:

Intervention statut cohabitant

Intervention sans-abrisme

Intervention justice

Intervention Endettement

Intervention d'une adolescente

 

 Le 19 novembre dernier, les syndicats (FGTB+CSC) et le monde associatif , emmenée par le Monde des Possibles et le Crilux ont été accueillis dans les locaux du RWLP pour la tenue d'une conférence de presse afin de mettre en évidence la demande de Monsieur Farouk Marouf et de son avocat Me Vincent Lurquin; permettre à Mr Marouf d'exercer son métier en Belgique.

farouk site
Mr Marouf est infirmier, diplômé en Belgique, il souhaite pouvoir travailler en Belgique pour soigner des malades et particulièrement durant la crise sanitaire. Mr Marouf n'a PAS le droit d'exercer car il n'a pas de titre de séjour!
Ce qu'il demande est que le Ministre de l'emploi wallon exerce sa compétence et lui délivre un permis de travail unique et demande au fédéral de lui délivrer un permis de séjour afin qu'il puisse exercer son métier.

Voir l'interview de Monsieur Marouf et de son avocat -> https://vimeo.com/482562958

 

Pour les syndicats, ils faut Mettre en adéquations les demandes des travailleurs et les besoins du terrrain. Les personnes sans titre de séjours qui le souhaitent et le peuvent doivent pouvoir venir en aide à la population que ce soit en ce moment de crise sanitaire, dans les soins infirmiers ou autres..

Voir l'interview de Jean-François Tamellini, Secrétaire Général de l'interrégionale Wallone de la FGTB et Anne Léonard, Secrétaire Nationale de la CSC -> https://vimeo.com/482580201

 

Pour l'associatif et singulièrement le Crilux et le RWLP, La Wallonie a mit en place beaucoup de choses, dont certaines sont contraignantes, pour amener les personnes sans titre de séjour à particpier à la vie de la société mais du coté du gouvernement on doit aussi tout faire pour que les personnes avec ou sans titre de séjour puissent avoir une place!  Et attention à ne pas accepter de délivrer des titres de séjour UNIQUEMENT en fonction des métiers exercés par les demandeurs!

Voir l'interview de Nicolas Contor, Directeur du centre régional d'intégration Crilux et de Christine Mahy, Secrétaire générale du RWLP -> https://vimeo.com/482619207

 

Revue de presse: Le Soir  / Le Guide Social

 

 

RWLPlogosite

La crise sociale structurelle enracinée dans un terreau nourri d’inégalités croissantes, fortement renforcée par la crise sanitaire actuelle, nécessite un changement de cap radical !

LA PAUVRETÉ ET L’APPAUVRISSEMENT, LA PRÉCARISATION N’ONT AUCUNE LÉGITIMITÉ !

Le 17 octobre 2020, journée mondiale de lutte contre la pauvreté, le RWLP mobilise à travers toute la Wallonie pour dénoncer cette réalité ET SURTOUT SOUTENIR DES SOLUTIONS PERTINENTES GRÂCE À UNE SÉCURITÉ SOCIALE À DÉFENDRE, RENFORCER ET ACTUALISER : Pour le Droit à l’aisance H24 - 7 jours/7

Rejoignez le RWLP en menant une action chez vous en contactant : j.mawet@rwlp.be - 0476 96 95 26 -   https://www.rwlp.be/1710/

Ce lundi 28 septembre, trois semaines avant le 17 octobre, les syndicats en front commun, portent aussi ce Droit à l’aisance H24 - 7 jours/7

EN EXIGEANT NOTAMMENT LE NON-REPORT DE LA NÉGOCIATION DE L’ENVELOPPE BIEN-ÊTRE ! Il y a urgence!

Le RWLP se retrouve totalement dans les revendications des syndicats qui rejoignent son combat permanent. Le Réseau relaye et invite à participer aux actions ce lundi 28 septembre 2020 sur le terrain, via les Réseaux sociaux, en débattant dans les associations : « La crise sanitaire a creusé les inégalités mais les organisations patronales n’ont toujours pas compris l’importance de la concertation sociale et refusent de remettre à temps un avis commun sur l’enveloppe dite « bien-être ». Normalement, cette enveloppe s’ajoute à l’indexation des allocations et contient un budget fixe qui permet aux interlocuteurs sociaux (après validation par le gouvernement) d’augmenter certaines allocations au-delà de l’indexation normale. Les employeurs préfèrent une fois de plus lier ce débat aux négociations de l’accord interprofessionnel (AIP) 2021-2022, ce qui réduit fortement les chances d’aboutir à un vrai progrès social pour les travailleurs et travailleuses. La FGTB, la CSC et la CGSLB estiment que la lutte contre la précarité est un enjeu prioritaire et demandent aux formateurs du futur gouvernement de prendre les mesures suivantes :

 Pas d’allocations sociales sous le seuil de pauvreté.
 La pension minimum légale à 1500 € net/mois.
 Le maintien du gel de la dégressivité des allocations de chômage et d’insertion y compris pour les artistes.
 Un refinancement de la sécurité sociale et garantir son caractère fédéral
 Un refinancement des services publics et des soins de santé »

https://www.fgtb.be/-/rassemblement-de-militant-e-s-en-front-commun-syndical

https://www.lacsc.be/actualite/actualites-et-communiques-de-presse/2020/09/17/actions-le-28-9-la-lutte-contre-la-pauvrete-doit-etre-une-priorite

https://www.cgslb.be/fr/actualite/28-septembre-des-actions-pour-des-meilleures-allocations-sociales

En PDF

En Z

rtarwlp

"Le Gouvernement wallon travaille sur une réforme de l’accompagnement des chômeurs (un projet vient d’être discuté en première lecture au Parlement), sur le rôle que va y jouer le Forem, sur la manière dont celui-ci va l’exercer et par voie de conséquence sur les relations que le service public de l’emploi va construire (ou co-construire ?) avec les associations qui sont engagées comme lui sur l’ enjeu de l’insertion sociale et professionnelle.
Considérer que les bénéficiaires sont des partenaires de plein droit implique de les associer fermement à la conception de la politique qui les concerne.


C’est ce à quoi nous avons voulu contribuer en collaborant à une recherche initiée par le RWLP qui a interrogé des personnes « accompagnées » par le Forem dans leur recherche d’emploi.

Une facilitatrice en prévention des inégalités du RWLP a noué des contacts avec 31 personnes et a sollicité leur analyse de l’accompagnement dont elles avaient bénéficié.Ces interviews ont été analysés collectivement (...)"

Une analyse de : Christine Mahy et Jean Blairon (dir.), Noellie Denomerenge, Jacqueline Fastrès et Laurence Watillon

Lire l'analyse

 

Faire Front pour répondre à l’urgence démocratique, sociale et écologique

logo

En ce 1er septembre, nous refusons de rentrer comme avant. Nous voulons sortir partout et nous mobiliser pour que le monde de demain ne soit pas une version cauchemardesque du monde d’avant le Covid !

Nous refusons que les plus pauvres, les femmes, les personnes précarisées et les travailleur•euses paient le prix de la crise. Nous refusons d’abandonner le combat pour sauver notre planète. Nous refusons que la démocratie et les libertés restent confinées. Nous avons besoin, en urgence, d’un tournant écologique et social.

Et, pour cela, nous reprenons notre droit de nous réunir, d’agir collectivement et de manifester, sans lequel il n’y a pas de démocratie.

Nous refusons que la manifestation pour la santé et pour la sécurité sociale, prévue le 13 septembre à Bruxelles, soit interdite par le bourgmestre de Bruxelles alors que, au moment où est prise cette décision, les rues commerçantes de la ville ne désemplissent pas, les stades de foot s’apprêtent à accueillir à nouveau des centaines de supporter•trices et que de très nombreux travailleur•euses doivent s’exposer à des contacts quotidiens au travail et dans les transports !

C’est pourquoi nous soutenons les initiatives symboliques de tous ceux et celles qui ce 1er septembre refusent le retour à l’anormal. C’est pourquoi nous appelons les forces sociales qui le peuvent à rejoindre la manifestation du 13 septembre à Bruxelles. C’est pourquoi nous soutiendrons activement les mobilisations pour le climat qui seront organisées en septembre et en octobre. C’est pourquoi, nous nous mobiliserons tous ensemble, à Bruxelles et à Namur, le 17 octobre pour rendre visible les invisibles, pour lutter contre la pauvreté et les inégalités, et démontrer à l’ensemble de la population et de la classe politique que construire ensemble une politique de rupture écologique est aussi un gage d’une société plus démocratique et plus égalitaire.

Pour concrétiser une autre politique, au service de la population et respectueuse de nos écosystèmes, il n’y a pas d’autres solutions que de construire un puissant mouvement social et écologique, capable de gagner un rapport de force favorable. Si on n’y arrive pas, le scénario est connu et déjà en cours : socialisation des pertes via des « sauvetages » de grandes entreprises, licenciements massifs, nouvelles mesures d’austérité, pressions pour augmenter le rythme des privatisations, attaques supplémentaires sur les droits sociaux et la sécurité sociale, reprise de la course à la croissance et à la compétitivité, augmentation des inégalités et de la précarité, poursuite de la destruction des écosystèmes…

C’est pour éviter ce retour à l’anormal, pour faire bouillir par le fond la marmite du mouvement social et écologique que Faire Front s’est constitué, autour de 4 revendications transversales. Il rassemble déjà plus d’une centaine d’organisations et de collectifs, et de très nombreux citoyen•nes. (www.fairefront.be)

En ce 1er septembre, nous appelons toutes les forces sociales et tou.te.s les citoyen.ne.s à nous rejoindre, à partager et discuter nos revendications, à agir et surtout, à ne pas laisser confiner leur colère, ni leurs espoirs : faites-les vivre dans votre entourage, votre entreprise, vos organisations, et dans les rues.

Communiqué de presse

Press: BX1

Faire Front -> fairefront-newsletter@fairefront.be
Porte-paroles provisoires :
Christine MAHY (RWLP) : c.mahy@rwlp.be – 0498 44 82 38
Bruno BAURAIND (Gresea) : bruno.bauraind@gresea.be – 0474 35 15 44

Quels sont les problèmes que rencontrent les personnes en situation de pauvreté lors d'une procédure de règlement collectif de dettes?

surendettement site

Le 15 SEPTEMBRE, BAPN présente ce travail au grand public par une vidéoconférence :

La problématique de l’endettement en Belgique est énorme. En 2019, la Centrale des Crédits aux Particuliers recense jusqu'à 336 691 débiteurs ayant des arriérés de paiement connus par la Centrale. Par rapport au reste de la population, les personnes en situation de pauvreté courent un risque beaucoup plus grand de s'endetter. En Belgique, 1 habitant sur 6 a un revenu inférieur au seuil de pauvreté européen, alors que le coût de la vie quotidienne est en constante augmentation. Un revenu insuffisant entraîne rapidement des arriérés de paiement pour ces personnes.

Le thème de l’endettement est également d'une actualité brûlante. En effet, nous pouvons déjà affirmer avec certitude que, tout comme en 2008 après la crise financière, la crise de Corona va encore aggraver le problème de la dette. La perte massive de revenus et l'augmentation des coûts feront qu'il sera difficile pour les groupes précaires de payer toutes leurs factures. Lorsque les gens s'enfoncent tellement dans l'endettement qu'il est devenu impossible de rembourser leurs dettes dans un délai raisonnable, ils peuvent faire appel à un règlement collectif de dettes (RCD) en dernier recours. Il ne s'agit plus d'un problème de paiement temporaire, mais d'un surendettement structurel. Pour que ces personnes puissent, elles aussi, prendre un nouveau départ, le système du règlement collectif de dettes a été créé. Cette procédure judiciaire donne aux gens la possibilité de rembourser leurs dettes autant que possible tout en continuant à vivre dignement.

Toutefois, cette procédure présente des lacunes importantes. Au cours de plusieurs consultations, nous avons réuni des personnes en situation de pauvreté pour identifier ces problèmes et nous avons cherché ensemble des solutions. En effet, il est crucial que leurs voix aient également leur place dans ce débat.

Pour vous inscrire -> https://forms.gle/KezCqp83VLgALK8w7

PROGRAMME

PRESENTATION

 

notnormalsite

Le RWLP ne veut pas d’un retour à l’anormal et appelle à une transition SOCIALE qui profitera à l’environnement et à l’économie. Pour cela, promouvoir et garantir les droits sociaux est essentiel pour s’assurer que la nécessaire transition écologique soutienne le développement d'une société plus juste et plus équitable : services publics forts, système de protection sociale efficient, revenu minimum, salaires décents, emplois de qualité et de sens,… tout cela permettra d’atténuer les méfaits du changement climatique et le glissement vers une économie sans carbone.

La crise sanitaire due au Covid 19 n’a pas fait disparaître la crise climatique ni la perte de biodiversité. Elle exerce une pression supplémentaire sur la pauvreté et les inégalités déjà présentes dans notre société. Pourtant, elle offre une opportunité de poser les fondations d’une société plus juste et plus verte, au service des personnes et de notre planète, pas des dividendes!

Voir les textes écrits à l'occassion de l'action United for a New Normal par des témoins du vécu militant.e.s Fabien et de Noellie

Le 4 juillet, plus de 50 organisations se réunissent pour demander la construction d’une “nouvelle normalité” juste et respectueuse des limites de la planète et des besoins des populations. « United for a new normal »

Une nouvelle normalité ?  C’est:

* une planète saine
* une économie qui place l'homme et la planète au premier plan
* des solutions durables pour tous
* l'égalité des droits
* la solidarité mondiale
Vous voulez en savoir plus sur l'action ? -> https://act.gp/2NWNyAB

#UnitedForANewNormal

Chercher

Un fonds documentaire à votre disposition

Une collaboration Province de Namur-RWLP et divers partenaires.


En savoir plus

 

Consulter le catalogue