bandeau FB 17oct 17 dec
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

Site lutte pauvreté wallonie.be

Soutenez les enjeux portés par le RWLP

Newsletter !

*

logo wallonie-7x9-300dpi-rvb        CEra - F Base 3 COLOR stroke3

logobij

  FWB

 PAC

 

 petitlogoRTA gris

province namur

 

 

FRB

 

EUROPE FSE

Recommandations

RWLPlogosite

Note de travail en lien avec les mesures prises, ou à prendre selon le RWLP, pour soutenir les travailleur.euse.s et les populations les plus vulnérables, et donc soutenir également “la relance économique” à partir du Gouvernement Fédéral principalement, mais aussi du Gouvernement Wallon, ainsi que des autres entitées fédérées du pays.

"Les mesures sanitaires indispensables qui passent principalement par le confinement s’appliquent sur une crise sociale préexistante qui génère un état d’appauvrissement et de pauvreté de familles. Les mesures sanitaires s’imposent sur ce terrain déjà très complexe et, sans le souhaiter, amplifient ces réalités et risquent donc d’intensifier encore les inégalités d’accès à des droits et services, à des revenus et y compris dans le cadre des revenus de remplacement et d’autres mesures ayant pourtant une intention bienveillante. Les mesures de confinement n’ont pas le même impact sur les ménages selon leurs conditions initiales d’existence, et selon que la maladie sera là ou pas (le Covid-19, mais aussi les maladies physiques et mentales amplifiées par la situation ou le report de soins accru). Toutes les familles ne sont pas dans les mêmes conditions de vie pour faire le gros dos pendant cette crise selon qu’elles disposent ou disposaient de davantage de ressources financières et d’un statut clair ou pas. Dans une vie budgétaire mensuelle en flux tendu, toute perte de revenu même minime, ou totale, et toute augmentation de charges fixes creusent inexorablement un trou et conduira rapidement à de l’endettement et des problèmes.

La vie est donc aujourd’hui, dans le cadre de cette crise, plus chère une fois encore pour les ménages les plus pauvres, dont les types de contrats d’emploi sont fragiles, dont les statuts sont les moins clairs, ou qui ne disposent d’aucun statut.

Cette épidémie et l’urgence de sa prise en charge par des mesures sérieuses révèlent, comme sous un effet de loupe grossissante, les inégalités préexistantes, et annoncent une aggravation de celles-ci malgré une veille attentive à tous les actes posés pendant la crise sanitaire et après celle-ci. Tout doit donc être mis en œuvre pour réduire et éviter ces drames matériels et immatériels aux conséquences sociales probables lourdes."

 

Lire la totalité de la note ICI

 

Retours presse:

L'Avenir

RTBF

De Standaard

Télésambre

Moustique

 

 

Si les inégalités à l’origine de la pauvreté sont inacceptables dans tous les champs de la vie, elles sont particulièrement insupportables en matière de santé.
Soucieux de contribuer à inverser cette tendance inégalitaire lourde de conséquences, les témoins du vécus militants (TVM) présentent des pistes en matière de prévention et de promotion de la santé pour sortir de ce qu’ils vivent à juste titre comme une injustice.
Dans le processus de travail mis en place, avant la rencontre avec Madame Greoli, Ministre en charge de la santé en Wallonie, le 6 novembre 2018, le groupe de travail permanent "santé" (GTS) s’est prêté à l’exercice de présentation de leurs recommandations à de nombreux professionnels du secteur de la santé.

 P1040577  P1040593  P1040586

Co-animé par l’association Cultures & santé, ce moment riche en échanges, a permis de renforcer les points de vue des TVM investis au sein du RWLP confirmant l’absolue nécessité de changements au sein de différentes politiques structurelles pour établir un véritable processus de promotion de la santé ayant des conséquences positives sur la prévention de la santé, ainsi que sur les soins de santé.

Lire le dossier complet -> ici

 

gene

-       Rencontre avec le ministre Prévot et des membres de son cabinet le 29 août 2016  : témoignages et discussion

Envoi des recommandations

"Je vis avec le chômage soit 1160 euros par mois et les allocations familiales majorées de famille monoparentale soit 150 euros. Je rembourse 880 euros pour le prêt hypothécaire de ma maison et j’ai une voiture qui est payée "...

Lire les témoignages

Recommandations principales du RWLP en matière d'allocations familiales

Recommandations du RWLP en matière de supplément d'âge

Etude en anglais sur les pratiques de familles monoparentales

Tableau d'Anne-Catherine Guio sur la déprivation des enfants

Etude de Famifed sur l'utilisation des allocations familiales

Par l'asbl RTA et le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté – sous la direction de Jean Blairon et de Christine Mahy

Parmi d'autres éléments liés aux politiques structurelles, le parcours scolaire joue un rôle très important dans les possibilités pour des enfants issues de familles pauvres ou soumises à l'appauvrissement de quitter les conditions de pauvreté qu’ils connaissent.
Les familles concernées en parlent en termes d’espoir et d'enjeu essentiel mais aussi en termes de rendez-vous ratés, de projets contrariés, d’espoirs déçus. Pour de nombreuses familles militantes au RWLP, le parcours scolaire est trop souvent, pour les enfants et leurs parents, un parcours d’échec et d'exclusion, et régulièrement de répétition de l’échec et de l'exclusion.
Mais c'est aussi un échec pour l'école et pour les enseignants dont le souhait est de mener chaque enfant le plus loin possible dans son apprentissage.

Le ministre de l’Enseignement supérieur de la Fédération Wallonie-Bruxelles a par ailleurs initié une harmonisation de la durée des formations de base des futurs enseignants, quel que soit le niveau auquel ils pratiqueront (enseignement maternel, primaire et secondaire inférieur). Une occasion de réforme de cette formation de base se trouve ainsi produite.
Cette réforme de la formation initiale peut-elle contribuer à faire en sorte que l’école puisse relever le défi de « réussir avec tous » et, par conséquent, collaborer activement à la réduction des inégalités ?

Cette recherche participative, qui se concentre sur l'enseignement fondamental, s'attache à en analyser le préalable, au départ d'entretiens avec des familles concernées et de l'analyse qu'elles portent sur la situation : comment se caractérise, se construit, se vit le ratage au moins partiel de l'école avec des enfants et des familles qui vivent dans la pauvreté ?

Une partie de ce travail tente de rendre raison des situations de « ratage » (et, symétriquement, des situations de réussite) en termes de causes efficientes : celles qui produisent l'effet observé, sans qu'elles ne soient toujours perçues.

Ensuite, nous ne pouvions pas faire l’économie d’une réflexion sur la présence de la violence dans les relations en milieu scolaire, lorsque des causes efficientes font qu’elles ressortissent à la sphère du ratage.

Les résultats que les analyses opérées par les personnes elles-mêmes nous ont permis de produire mettent en avant des facteurs déterminants d’une réussite ou d’un échec des acteurs de l’école avec les familles précarisées. Ils pointent très clairement vers la nécessité d’une politique de formation appropriée – non qu’elle soit suffisante, mais telle qu’elle se révèle en tout cas une condition nécessaire pour se donner des chances d’échapper à la reproduction voire à l’aggravation des inégalités sociales par l’école.

Lire l'étude réalisée par Chantal Calonne, Isabelle Dubois, Jacqueline Fastrès, Caroline Garzón, Christine Mahy, Laurence Watillon, Jean Blairon, Pierre Doyen et Jérôme Petit

A l’annonce du Pacte d’excellence, on pouvait craindre que des notions comme celles de la compétitivité, de l’adaptabilité avec le monde de l’emploi ou de la performance viennent monopoliser les débats aux dépens de la question des inégalités scolaires.

Suite aux récentes déclarations parues dans la presse, les organisations membres du RWADE (FTGB, CSC, MOC, Inter Environnement Wallonie, Equipes populaires, Revert, Empreintes, Solidarités nouvelles et la fédération des services sociaux) ainsi que le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté rappellent au Gouvernement wallon l’avancée majeure qu’a constitué l’adoption de la tarification progressive et solidaire de l’électricité par le gouvernement sortant. Les motifs invoqués pour reporter de deux ans la mise en oeuvre de la mesure ne peuvent échapper au débat public. En tout état de cause, une première étape concrète doit être franchie à la date fixée du 1er janvier 2015.

Lire le communiqué

Article Le Vif.be

Chercher

Un fonds documentaire à votre disposition

Une collaboration Province de Namur-RWLP et divers partenaires.


En savoir plus

 

Consulter le catalogue