bannière site 17102022
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

 

 

Prochainement avec le RWLP

Causerie public du RWLP

causerie public

6 décembre à Namur

 

Site lutte pauvreté wallonie.be

Soutenez les enjeux portés par le RWLP

Newsletter !

*

logo wallonie-7x9-300dpi-rvb        CEra - F Base 3 COLOR stroke3

logobij

  FWB

 PAC

 

 petitlogoRTA gris

province namur

 

 

FRB

 

EUROPE FSE

Médias

Nous vivons toutes et tous une crise énergétique qui vient s'ajouter à la crise sociale que nous vivons déjà depuis plusieurs années, augmentant considérablement le stress de toutes et tous.
Dans ce reportage la journaliste donne la parole à des citoyen.ne.s et à des associations qui se demandent: Quel est le choix de société qui a été fait pour en arriver là?

Ecouter le reportage ICI

 
 
Gaëlle Peters, responsable ressources au RWLP, signe un article sur les inégalités numérique:
"Dans un contexte où l’accès aux services en présence s’amenuise, le tout au numérique signifie une aggravation majeure du non-recours aux droits. Combien de personnes nous appellent via le 1718 Urgence Sociale pour nous témoigner de leur épuisement dans leurs démarches rendues impossibles quand il s’agit d’un formulaire de contact en ligne pour partager un long récit de vie semée d’embûches ! En plus de la connexion, de l’équipement et des compétences, il y a la forme du lien. Quand le contact humain est indispensable pour se faire aider ou simplement activer un droit, le numérique devient un mur insurmontable."
Lire l'article complet ici
 

 A l’avant-veille de la Marche nationale pour le climat (ce 23 octobre à Bruxelles), à laquelle participe les Réseaux de lutte contre la pauvreté du pays, au côté des paysans, d’acteurs du climat, etc. et de la population, un ensemble d’acteurs tirent la sonnette d’alarme par rapport à la situation de nombreux ménages et aux conséquences sur les enfants. Oui la crise énergétique dégrade ou aggrave fortement la situation de très nombreuses familles. S’il faut mettre en avant des solutions immédiates, comme notamment supprimer le statut cohabitant pour cause de regroupement familiaux et amicaux pour causes énergétiques, il faut également que les gouvernements s’engagent dans des réponses structurelles durables au bénéfice des plus vulnérables.

Ainsi prioritairement convaincre tous les gouvernements, de l’Europe au Plan local, d’investir fortement dans un Pacte logement-énergie serait au bénéfice du portefeuille des ménages et du climat s’impose immédiatement.
Le RWLP marchera dimanche pour un Pacte logement-énergie, au bénéfice de tous les ménages et donc des enfants qui aujourd’hui et demain continueront à payer cher et vilain des factures énergétiques dans des logements passoires qui creusent les inégalités et imposent des épreuves indécentes aux familles
 

Dans la presse : la Libre / Le Soir

 
 

 A l’avant-veille de la Marche nationale pour le climat (ce 23 octobre à Bruxelles), à laquelle participe les Réseaux de lutte contre la pauvreté du pays, au côté des paysans, d’acteurs du climat, etc. et de la population, un ensemble d’acteurs tirent la sonnette d’alarme par rapport à la situation de nombreux ménages et aux conséquences sur les enfants. Oui la crise énergétique dégrade ou aggrave fortement la situation de très nombreuses familles. S’il faut mettre en avant des solutions immédiates, comme notamment supprimer le statut cohabitant pour cause de regroupement familiaux et amicaux pour causes énergétiques, il faut également que les gouvernements s’engagent dans des réponses structurelles durables au bénéfice des plus vulnérables.

Ainsi prioritairement convaincre tous les gouvernements, de l’Europe au Plan local, d’investir fortement dans un Pacte logement-énergie serait au bénéfice du portefeuille des ménages et du climat s’impose immédiatement.
Le RWLP marchera dimanche pour un Pacte logement-énergie, au bénéfice de tous les ménages et donc des enfants qui aujourd’hui et demain continueront à payer cher et vilain des factures énergétiques dans des logements passoires qui creusent les inégalités et imposent des épreuves indécentes aux familles.

Lire la carte Blanche

 

 
 
Les multinationales de l’agroalimentaire enregistrent ces hausses massives de bénéfices, non grâce à des innovations ou des gains de productivité, mais en profitant d’effets d’aubaine.
Pendant ce temps-là, à l’autre bout de la chaîne alimentaire, la faim et la malbouffe progressent. Le dernier rapport de la FAO annonce une augmentation de 7,6 à 13,1 millions de personnes malnutries supplémentaires rien qu’à cause de la guerre en Ukraine. Et ce, alors qu'entre 702 et 828 millions de personnes ont été touchées par la faim en 2021. En Belgique, 600.000 personnes ont eu recours à l’aide alimentaire en 2021 d’après la Fédération des services sociaux (FDSS), un chiffre en hausse constante depuis 1995."
Lire la Carte Blanche complète ICI
 

Ce 17 octobre 2022, Journée mondiale de lutte contre la pauvreté, les Réseaux de lutte contre la pauvreté du pays en action aux côtés des personnes en situation de pauvreté dans tout le pays, dénonceront l'injustice et la violence que sont  la pauvreté et l’appauvrissement. Cette année plus que jamais, ces rassemblements sont cruciaux. Les conséquences de la crise énergétique  sur les ménages, dont  l'augmentation du coût de la vie, plongent notre société dans un appauvrissement sans précédent. Elle risque de provoquer un bain de sang social pour les ménages vivant la pauvreté et la classe moyenne inférieure. Les réseaux de lutte contre la pauvreté tirent la sonnette d'alarme : outre des mesures conjoncturelles urgentes pour traverser l’hiver, les politiques doivent de toute urgence investir dans des mesures structurelles, à commencer par des logements de qualité et économes en énergie !

Alors que la crise permanente du logement et des trop faibles revenus sévit depuis des années, la crise énergétique et l'inflation actuelles s'ajoutent en plus  aux  conséquences des précédentes   : la covid, les inondations de 2021, la sécheresse 2022, ....   Celles-ci ont  ont particulièrement impacté les familles en situation de pauvreté. Les chiffres exponentiels du nombre de personnes dépendant de l'aide alimentaire sont révélateurs : de 115 000 en 2010 à plus de 177 000 en 2021. Selon les banques alimentaires, 204 000 demandes ont déjà été déposées pour la période de janvier à juin. En Belgique, 1 personne sur 5, soit plus de 2 millions de personnes, vit dans la pauvreté et l'exclusion sociale. Dans certaines régions, comme à Bruxelles, la situation est véritablement dramatique. Ici, plus d'un habitant sur trois est confronté au risque de pauvreté et ce chiffre risque bientôt de passer à un Bruxellois sur deux. Le taux de pauvreté est également particulièrement élevé en Wallonie, avec un habitant sur quatre. Si en Flandre la situation est légèrement meilleure, il y a toujours 12,8 % de la population qui vit dans la pauvreté l'exclusion sociale.

Ces chiffres ne reflètent pas encore la réalité suite à l'impact de la hausse des prix de l'énergie et du coût de la vie. Les signaux que nous recevons quotidiennement du terrain sont particulièrement alarmants. Les gens se privent de besoins élémentaires (ils économisent sur la nourriture, le chauffage, les soins de santé, ...) mais ne peuvent toujours pas payer leurs factures (d'énergie). Les Fédérations des CPAS de Bruxelles et de Wallonie et L'Association des villes et communes flamandes (VVSG) signalent que les demandes d'aide auprès des CPAS, également par des personnes qui travaillent et appartiennent à la classe moyenne, ont très fortement augmenté ces dernières semaines. Tant les personnes en situation de pauvreté qu'une partie importante de la classe moyenne risquent de tomber dans la spirale amplifiée de la privation avec ses conséquences gravement néfastes et sans pourvoir éviter l'endettement.

« En tant que Réseaux de lutte contre la pauvreté, nous reconnaissons que les différents gouvernements de notre pays ont déjà pris des mesures de soutien importantes. Cependant, sur le terrain nous ne pouvons que constater que la situation est devenue intenable pour les ménages qui sont en difficulté. », dit Caroline Van der Hoeven, coordinatrice du Réseau belge de Lutte contre la Pauvreté (BAPN). C'est pourquoi nous appelons les gouvernements de notre pays à réaliser un changement radical de paradigme. S’il faut des solutions conjoncturelles pour les crises, cela ne peut plus s’installer comme des politiques palliatives durables !   Les personnes en situation de pauvreté n’ont que trop l’habitude de cela alors qu’elles, et la société, ont besoin de politiques structurelles qui attaquent aux causes de la pauvreté  et de l’appauvrissement. Greffer ce combat à une  transition écologique et fiscale résolument justes, c’est s’engager pour éviter un bain de sang social. . Ainsi, nous appelons à la mise en place d’un travail audacieux centré en priorité sur un pacte logement-énergie qui prévoit des investissements massifs dans l'isolation des bâtiments, en commençant par les logements habités par les familles à faible revenu et issu de la classe moyenne ( tant sur le marché public que privé).

Le 23 octobre, une semaine après la Journée mondiale de lutte contre la pauvreté, les réseaux de lutte contre la pauvreté poursuivirent leur combat pour des politiques environnementales et sociales justes lors de la Marche pour le climat, aux côtés de nombreux autres acteurs.

Caroline Van der Hoeven, Coordinatrice BAPN, ou 0474/55.96.11 / Julie Mawet, Relations Presse RWLP, ou 0476/96.95.26 / Frédéric Aerden, Chargé de Mission Le forum, ou 0492/58.34.67

 Au total, il s'agir de 2 142 000 Belges en 2021 (source : Statbel)

Dans la presse:

RTBF / La Libre / BRUZZ

 

Il y a quelques jours, Christine Mahy, la secrétaire générale du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté, lançait un cri d’alarme : « S’appauvrir par le logement, par l’énergie, par le revenu, c’est foutre en l’air un pays. Les gens aujourd’hui n’ont plus confiance, ils n’y croient plus, ils se replient et quand sur des générations familiales, les grands-parents doivent aider la génération du milieu qui aide les enfants et que tous sont en train de s’appauvrir, vous pouvez aller vous faire voir pour des solidarités ! Des services aujourd’hui qui accueillent des enfants, les jeunes, les écoles, nous disent : “On caille, on a froid”  : on met en l’air l’ensemble de l’organisation du pays. »

 

Lire l'article complet

 

Alors que le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles entame cette semaine son conclave budgétaire, onze associations rassemblées autour de la Ligue des familles ont lancé lundi un appel commun pour la mise en oeuvre de la gratuité scolaire dans l’enseignement primaire.

 "Les frais scolaires creusent aujourd’hui les inégalités de plus en plus importantes entre enfants, entre familles, et entre écoles, participent à la relégation et mettent à l’écart d’une norme trop chère les élèves venant déjà des familles les plus appauvries et vulnérables", écrivent ces associations dans une lettre ouverte.

Après l’introduction depuis quelques années de cette gratuité en maternelle -qui évite aux parents de devoir acheter du matériel scolaire-, celles-ci demandent l’extension de cette mesure aux deux premières années de primaire dès l’année prochaine et la planification de son extension progressive au reste des années de primaire, en suivant la mise en œuvre du tronc commun.

Selon ces associations, la mesure coûterait quelque 4 millions d’euros par an et par année scolaire, un effort qu’elles jugent"relativement limité" au regard du budget de la FWB (plus de 11 milliards d’euros, ndlr).

Outre cette extension de la gratuité, les signataires réclament également des mesures non budgétaires de soutien aux parents, comme le plafonnement du prix des excursions et voyages en primaire et secondaire, l’introduction d’un maximum à facturer pour les fournitures dans les années où la gratuité ne serait pas mise en place à la rentrée prochaine, la fin des frais dits facultatifs, et particulièrement, la fin des possibilités de demander l’achat dit facultatif de matériel informatique.

Outre la Ligue des familles, cette lettre commune est également appuyée par le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté, les associations de parents de l’enseignement libre et officiel, les fédérations de CPAS wallons et bruxellois, les écoles de devoirs,…

La ministre de l’Education Caroline Désir (PS) s’est déjà dite à plusieurs reprises favorable à l’extension de la gratuité aux primaires dès la rentrée prochaine, tout en rappelant dans la foulée les maigres moyens financiers à disposition de la FWB.

voir l'article

 

réseaux de lutte

Les réseaux de lutte contre la pauvreté demandent aux gouvernements Fédéral, Régionaux et Communautaires, de créer de toute urgence une task force "Sortir de la crise énergétique par le haut ». "

Bruxelles, le 26 septembre 2022

Ces derniers mois et semaines, les différents gouvernements de notre pays ont pris certaines mesures pour tenter de réduire l'impact de la crise de l’énergie sur les familles financièrement vulnérables, plus récemment en faveur de la classe moyenne et des indépendants. Si ces efforts sont à saluer, ils sont largement insuffisants pour beaucoup. Alors qu’avant la crise covid, les inondations de juillet 2021, l’inflation et l’augmentation générale du coût de la vie, 1 personne sur 5 en Belgique subissait déjà la précarité énergétique… aujourd’hui c’est le drame et un risque réel de bain de sang social ! Les factures d’énergie déjà inabordables pour les personnes en situation de pauvreté deviennent tout simplement impayables, et maintenant la classe moyenne inférieure n’y échappe plus et s’écroule.

Chaque jour, nos Réseaux reçoivent des messages paniqués et de colère de familles qui ne savent plus faire face alors qu’elles sont souvent déjà dans une situation de sous-consommation et cherchent encore à la réduire (comment ?!), et malgré les mesures d'aide des pouvoirs publics. Il est évident que des aides conjoncturelles supplémentaires sont nécessaires pour passer l'hiver. Mais sans un changement de paradigme, sans investissements urgentissimes dans des réponses structurelles et durables, les plus vulnérables et la classe moyenne affaiblie continueront à voir leurs portefeuilles se vider et leurs conditions de vie se dégrader encore. Agir sur le logement est la première piste structurelle qui puisse apporter une solution durable en faveur de la lutte contre la pauvreté et l’appauvrissement, au bénéfice de nos finances publiques et des enjeux climatiques.

C’est pourquoi les Réseaux de lutte contre la pauvreté du pays réunis au sein du BAPN (Réseau belge de lutte contre la pauvreté), demandent aux gouvernements Fédéral, Régionaux et Communautaires, de mettre en place immédiatement une taskforce "Sortir de la crise énergétique par le haut ». Cette crise énergétique ne vient pas de nulle part, pour en sortir il faut une politique cohérente et ambitieuse comprenant à la fois des mesures de soutien pour protéger un grand groupe de notre société contre la pauvreté (toujours plus profonde) et l’appauvrissement, ET une approche durable pour réaliser une transition climatique juste. Cela nécessite une coordination et un alignement entre les différentes matières politiques (énergie, logement, pauvreté, climat, mobilité, pouvoir d'achat...) ET entre les différents niveaux de pouvoir du pays ainsi qu’avec l’Europe.

Pour répondre de façon juste et équitable aux besoins de toute la population, il est essentiel que cette taskforce soit en dialogue direct et permanent avec les organisations au travail avec les personnes en situation de pauvreté et d’appauvrissement et les groupes vulnérables, qui les représentent légitimement.
Les enjeux révélés par cette crise énergétique succédant aux précédentes, démontrent s’il le fallait encore que la réduction des inégalités et la justice sociale sont intimement liés aux transitions radicales indispensables aujourd’hui. La stabilité de notre société, la démocratie et la paix sociale en dépendent maintenant et pour les générations futures. La mise en place d'une telle taskforce enverrait un signal fort à la population et aux acteurs mobilisés, à savoir que les gouvernements prennent à bras le corps la résolution de la crise énergétique pour la traduire en réponses structurelles et durables tout de suite.
Les Réseaux de lutte contre la pauvreté sont prêts à travailler avec cette taskforce et disposent déjà d’un cahier de priorités qui émanent des rencontres permanentes avec le terrain pour aller vers ces solutions conjoncturelles momentanées mais surtout vers des solutions durables.

Lire la suite du communiqué de presse ICI

Retour dans la presse : Knack Bruzz - RTBF - DHnet - La Première

 

 

Chercher

Guide d'apprentissage du numérique (ordinateurs, tablettes..)

Vidéos réalisée dans le cadre du projet « Fibre solidaire » initié par le Ministre-Président P.-Y. Jeholet, le RWLP a réalisé, en collaboration avec l’asbl RTA, des tutoriels qui visent à accompagner des jeunes et des familles dans l’apprentissage de l’ordinateur. Le RWLP les met ici à disposition en pensant à toutes celles et ceux qui doivent découvrir cet outil avec une certaine urgence.

Cliquez pour voir toutes les vidéos logo ordi

Un fonds documentaire à votre disposition

Une collaboration Province de Namur-RWLP et divers partenaires.


En savoir plus

 

Consulter le catalogue