wearebelgiumtoobandeau FB
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

 

 bapnsite

On nous dit souvent qu’un emploi est la meilleure protection contre la pauvreté et pour sortir de la pauvreté. Pour les réseaux de lutte contre la pauvreté l’équation n’est pas aussi si simple et ils posent la question suivante : à quelles conditions un emploi permet-il d’éviter l’appauvrissement et de sortir de la pauvreté ?

Bas salaires, travail précaire, contrats n’ouvrant pas de droit à la sécurité sociale… Dans bien des situations – et même quand il existe un emploi déclaré –, le travail n’évite pas l’appauvrissement, ou le maintien dans la pauvreté.

BAPN a fait ses comptes : en 2019, 48% des travailleur.euse.s belges n’arrivaient pas à mettre un peu d'argent de côté à la fin du mois pour les coups durs difficiles, bouclant tout pile le budget… voire n'y arrivant pas (chiffres Sudpresse et Solidaris). Et pire, en Belgique, sur 20 travailleur.euse.s, 1 se tue parfois à la tâche en gagnant moins que le seuil officiel de pauvreté (chiffres EU-SILC).
Stabiliser l’emploi dans le cadre de statuts clairs et augmenter les bas revenus du travail est au bénéfice de tout le monde. Outre l’impact sur l’économie directe par une consommation plus confortable et un endettement réduit, des salaires bruts augmentés, c’est aussi une sécurité sociale durablement financée, donc une meilleure protection sociale et davantage de moyens pour réduire les inégalité afin de lutter contre la pauvreté.

Tout le monde n’a pas vécu de la même façon la crise COVID. Dans certains secteurs (pharmaceutique, technologies…), les profits ont été très importants ! Mais en même temps, la crise COVID a épuisé à la tâche des milliers de travailleur.euse.s et parfois les as appauvris à travers un chômage temporaire ou des problèmes de santé. . Après la crise, elles et ils doivent pouvoir être soutenu.e.s et voir leur travail valorisé.

Ce 29 mars, les réseaux de lutte contre la pauvreté fédérés au sein de BAPN seront aux côtés des travailleur.euse.s en grève et demandent :
-STOP à la marge de négociation de maximum 0,4%
-Revoyons la loi de 1996 sur la modération des salaires
-Pour un refinancement de la sécurité sociale par l'augmentation des salaires !
-Pour la hausse de tous les revenus au minimum au-dessus du seuil de pauvreté !

Les calicots du RWLP

Nederlandse Versie

Les infos et la Gazette des salaires FGTB / CSCCGSLB

 

Chercher

Un fonds documentaire à votre disposition

Une collaboration Province de Namur-RWLP et divers partenaires.


En savoir plus

 

Consulter le catalogue